Linking Biodiversity

With sustainable

Businesses for

Improved livelihoods

Copyright © NNPT Network 2015. webmaster |

World  Botanical  Exchange & Services

Contexte

Le massif forestier du bassin du Congo représente la plus grande étendue de forêt tropicale dans le monde, tout juste après la forêt amazonienne. Il abrite un patrimoine faunique et floristique très important (400 espèces de mammifères, 1000 espèces d’oiseaux et 10000 espèces de végétaux).

Cette diversité floristique constitue la source indéniable d’aliments, de médicaments et cosmétiques, d’abris et de revenus pour environ 25 à 30 millions de personnes sur une population totale estimée à 93,5 millions des pays concernés.

La forêt tropicale humide abrite plus de la moitié des espèces vivant dans le monde. Moins de 1% de ces espèces végétales a déjà fait l’objet d’études pharmaceutiques, il existe donc un potentiel important de plante dont les propriétés médicinales n’ont pas encore été découvertes. Plusieurs espèces végétales bienfaitrices à l’homme renferment de nombreux principes actifs  (glucosides spécifiques du cœur par exemple) qui ne sont pas remplaçable par des produits synthétiques.

La recherche des médicaments pour le traitement des maladies telle que le cancer, le sida, le diabète, L’hypertension artérielle, le paludisme etc., accorde aujourd’hui une place prépondérante à la recherche des principes actifs tirés des plantes.

Les populations locales sont détentrices des savoirs et savoir-faire traditionnels en matière de soins de santé par les plantes. Les instituts de recherches universitaires et privés d’Afrique réalisent de nombreux travaux  (screening chimique et pharmaceutique) aux résultats intéressants. On assiste à un manque sinon à une faible collaboration entre les chercheurs du bassin du Congo et ceux des pays industrialisés. La plupart des résultats obtenus sont pour cette raison mal connus ou pas du tout par les laboratoires pharmaceutiques capables d’exploiter les résultats pour la production des phytomédicaments, des suppléments nutritionnels et cosmétiques.

Au regard de l’importance de ce patrimoine phytopharmaceutique, World Botanical Exchange and Services (WBES) est crée dans le but d’assurer la promotion, la diffusion et la valorisation des savoirs et savoir-faire traditionnels tout en élaborant des stratégies de protection des savoirs traditionnels d’ une part et la vulgarisation des ressources végétales sous utilisées ou mal connues, exploitées dans les conditions écologiquement durables pour la recherche et l’application d’ autre part. Le souci permanent serait de garantir l’échange équitable de ces ressources végétales entre les producteurs en zone rurale et les utilisateurs scientifiques et industriels au niveau national, régional et international.

Mise en valeur et promotion des ressources forestières en vue d’accroître la contribution de la production forestière durable dans la richesse du pays et des communautés locales d’ une part, œuvrer à l’élaboration des mécanismes efficaces garantissant  l’échange équitable des ressources végétales et la recherche-développement en partenariat au niveau local, national, régional et international d’ autre part.

Mission